Home » NOS DOSSIERS » Direction d'école : on veut du concret !

Direction d'école : on veut du concret !

Direction d'école : on veut du concret ! - SNCL

Un mandat présidentiel se termine, un nouveau débute : et dans cette valse politique, la question de la valorisation des directeurs d'école a toujours autant de difficultés à faire son chemin...

Pour ce qui concerne le dossier de la direction d’école, peu de choses ont changé malgré le long débat autour de la loi Rilhac et ses divers rebondissement. Après deux ans d'espérance, les traductions concrètes de cette ambition peinent à se manifester.

À la rentrée prochaine, certains collègues en charge de la direction verront bien leur décharge hebdomadaire augmenter, mais cela ne concernera au final qu'une minorité d’écoles.

Le SNCL-FAEN réitère sa demande d’accorder au minimum 1 jour de décharge par semaine à tous les directeurs quel que soit le nombre de classes, une demande plus que légitime en raison du nombre d'un ensemble de tâches à effectuer incompressibles, qui restent les mêmes que l’on accueille 1 ou 10 classes dans l'établissement.

Pour le SNCL-FAEN, toutes les décharges doivent être augmentées pour permettre aux directeurs de pouvoir gérer leur classe et l’école avec plus temps et de facilité. Les allègements administratifs promis par le ministère peinent à arriver dans les DSDEN. Les directeurs reçoivent toujours autant de mails, d’enquêtes et de tableaux à remplir. Quant à la mise en place du vote électronique pour les élections de parents d’élèves, tant attendue par les directeurs, elle n’est toujours pas d’actualité alors que les élections se dérouleront mi-octobre !

Là encore, le SNCL-FAEN demande que les mesures prises soient appliquées et que cesse enfin la surcharge administrative imposée aux directeurs. La revalorisation de la fonction doit passer par un temps de décharge significatif et augmenté ainsi que par une augmentation des indemnités.

Au-delà de ces ajustements d'urgence, le débat de fond doit se poursuivre sur la responsabilité et le statut de ces personnels. Il doit aussi s'accompagner d'une réponse ferme et organisée afin que ces derniers puissent réinstaurer la garantie d'une instruction publique, exigeante et laïque dans toutes les écoles, ce qui suppose d'en finir avec les compromis, de resanctuariser les établissements et de replacer une frontière nette et respectueuse en réponse aux ingérences grandissantes des parents, des familles et de toutes les influences extérieures à l'école.

 LE SNCL-FAEN attend donc à la rentrée 2022 des mesures fortes en faveur des professeurs des écoles et des directeurs d’école. Une revalorisation salariale est indispensable et une réelle formation initiale est nécessaire pour que le métier soit vraiment reconnu dans la société.