Poursuivre la mobilisation : tous dans la rue samedi 10 janvier !

Poursuivre la mobilisation : tous dans la rue samedi 10 janvier ! - SNCL
Grâce à la mobilisation de tous, la journée du 9 janvier a été à nouveau un succès dans l’expression de notre rejet massif du projet de réforme de nos retraites.
 
 
En ce 10 janvier, le SNCL reste solidaire de l’intersyndicale nationale et signe avec elle un nouveau communiqué, que vous trouverez ci-dessous. Celui-ci nous invite toutes et tous à participer aux manifestations qui auront lieu demain samedi, dans toute la France, afin de forcer le gouvernement à sortir de son mutisme. Le SNCL approuve cet appel : mobilisons-nous encore une fois et diffusons ce mot d’ordre le plus largement possible.

Communiqué intersyndical du 6 janvier 2020

Communiqué intersyndical du 6 janvier 2020 - SNCL
Tous les membres du Bureau national vous présentent leurs vœux les meilleurs pour cette année 2020 : bien que celle-ci soit loin de commencer sous les meilleurs auspices, le SNCL a à cœur de défendre les intérêts de notre profession sur tous les fronts, qu’il s’agisse de nos pensions de retraites ou des statuts de notre fonction publique. Nous le ferons avec enthousiasme et détermination, avec vous, grâce à vous.
 
En ce 7 janvier, le SNCL et sa fédération la FAEN restent membres signataires de l’intersyndicale nationale formée contre le projet de loi portant réforme des retraites esquissé par le gouvernement.
 
Vous trouverez en pièce jointe le dernier communiqué signé de tous les membres hier. C’est à l’heure actuelle une bataille médiatique qui se joue, alors que nos responsables politiques misent sur l’enlisement et le pourrissement de la situation. Plus que jamais, nous ne devons pas laisser les chiffres de la mobilisation renforcer cette stratégie. C’est pourquoi il est essentiel que nous nous mobilisions toutes et tous le 9 janvier prochain, ainsi que les jours suivants.
 
Vous trouverez également ici une synthèse rapide des différents points-clé concernant l'actuelle mouture du projet de loi. Un dossier complet est à paraitre dans notre prochain bulletin national, et sera consultable aussi en ligne prochainement :
 

Courrier au ministre pour la suspension des E3C

Courrier au ministre pour la suspension des E3C - SNCL

Notre syndicat a rejoint le front unitaire formé par les syndicats pour demander au Ministre de l’Education nationale de renoncer à la session des E3C dans tous nos lycées, normalement prévue pour janvier. En effet, la réforme précipitée et chaotique du baccalauréat continue actuellement de faire peser une pression insupportable sur nos collègues de lycée, sur leurs élèves et leurs familles, en obligeant les personnels à improviser l’organisation d’épreuves de bac sans moyens, sans formations, sans consignes et avec une base de sujets défectueuse mise en ligne hâtivement il y a peu. Ceci n’est pas notre vision de l’éducation. Il est plus que temps pour le ministère de retrouver le chemin de la raison et de renoncer à passer en force sur ce point comme sur les autres, à des seules fin de communication et d’affichage politique : c’est la validité de notre diplôme national et l’orientation de milliers de jeunes qui sont en jeu.

Lettre E3C Lettre E3C [1.229 Kb]

Communiqué intersyndical du 11 décembre 2019

Communiqué intersyndical du 11 décembre 2019 - SNCL

L'intersyndicale nationale poursuit la mobilisation contre le projet gouvernemental de réforme des retraites. Le SNCL et les autres syndicats de la FAEN restent partie prenante de l'intersyndicale. Vous trouverez ci-dessous un communiqué commun édité ce jour.

 

 Le discours du Premier ministre est parfaitement irrecevable pour les agents publics de l'éducation nationale. Une fois encore, Edouard Philippe a reconnu que "l'application mécanique du nouveau système" sera particulièrement défavorable pour ces agents. Concernant les enseignants (tout particulièrement défavorisés à cause de la faible part représentée par les primes dans leur salaire), nos estimations d'une perte de pension comprise entre -350 et -550 euros par mois se confirment.

 

En compensation de cela, le Premier Philippe se contente d'indiquer que des discussions seront ouvertes à l'été 2020 (dans huit mois !) pour fixer un calendrier (sur dix ans !) de revalorisation salariale, tout en précisant que ces discussions se feront conjointement à une réorganisation du travail des enseignants (comprendre : des missions supplémentaires).

 

L'annonce du maintien de l'âge minimal légal de départ à 62 ans est en outre parfaitement illusoire, puisqu'il s'accompagne de la création d'un âge pivot à 64 ans, en dessous duquel des malus seront appliqués aux pensions. Le détail de ces malus, qui plus est, est gardé secret pour le moment et ne sera fixé qu'en janvier 2020.

 

Autrement dit, pour les enseignants, c'est -350 à -550 euros de pension mensuelle et deux années de plus de travail, en échange de vagues promesses de revalorisation et davantage de missions. 

 

Pour le SNCL, c'est non ! 

 

Retrouvez notre analyse du rapport Delevoye ici.

 

Retrouvez nos revendications en matière de retraites ici.