Résultats des élections : le SNCL FAEN confirme et progresse

Résultats des élections : le SNCL FAEN confirme et progresse - SNCL-FAEN

Avec 411702 suffrages exprimés (contre 387149 en 2014), les Elections professionnelles 2018 se concluent avec une progression de 2,91% de la participation. Un signe bienvenu après les nombreux dysfonctionnements rencontrés par la solution de vote en ligne, les grandes difficultés d'acheminement des notices de vote et l'empêchement de voter pour un certain nombre de collègues du second degré et du supérieur, notamment PRAG et PRCE. A l'issue du scrutin, les équilibres des forces syndicales bougent modérément dans l'Education nationale, même si on constate un fort recul chez les petits syndicats indépendants : recul que ne connait pas le SNCL FAEN, voyant sa liste d'union progresser au contraire sur le plan national, ainsi que presque partout en académies.

 

Les syndicats qui progressent : La liste d'union de la FAEN enregistre une des meilleures progressions syndicales au Comité Technique Ministériel avec une hausse de 11,96% des suffrages exprimés en sa faveur, juste devant celle de la CGT (+11,54%) et du SNALC (+10,33%). Force Ouvrière se maintient (+0,58%).

 

Les syndicats qui reculent au plan national : c'est le sort de l'UNSA (-1,32%) et de la CFDT (-5,27%) : les deux syndicats d'accompagnement des politiques gouvernementales semblent enfin être sanctionnés dans les urnes pour leur soutien indéfectible aux contre-réformes qui sévissent dans l'Education nationale ! Mais le plus net recul est enregistré par SUD (-9,21%), qui ne tire plus son épingle du jeu entre FO et la CGT.  

 

Les petites structures indépendantes s'effondrent : ces résultats marquent aussi et surtout le net recul de nombreuses petites organisations indépendantes qui ne parviennent plus à mobiliser et subissent de plein fouet l'effet de la hausse de la participation. On constate ainsi le recul de la CFTC (-4,78%) et ASAMEN (-17,54%), tandis que le SENRAC (-31,82%), EIL (-62,19%), et UDAS (-42,61%) frôlent la disparition.

 

Sur le plan académique : les listes du SNCL FAEN ou de l'union de la FAEN progresse presque partout en nombre de voix ! Nous progressons également à BORDEAUX, CAEN, LYON, NICE, ROUEN et TOULOUSE en pourcentage de suffrages exprimés (détails plus complets à suivre prochainement).

 

En termes d'élus : il, semble à l'heure actuelle, que la quasi-totalité des élus du SNCL FAEN seront reconduits dans leurs sièges. Nous gagnons également plusieurs nouveaux sièges. Le détail complet et une analyse plus large seront fournis ultérieurement. 

 

VIOLENCES SCOLAIRES : nos représentants s'expriment

VIOLENCES SCOLAIRES : nos représentants s'expriment - SNCL-FAEN

 Norman GOURRIER, secrétaire général adjoint du SNCL FAEN et chargé de communication pour notre syndicat, était l'invité de RADIO CAMPUS UNIVERSITES PARIS ce 29 octobre.

Au coeur des échanges, la triste actualité du fait de violence survenu dans un lycée de Créteil, qui a défrayé la chronique ces dernières semaines.

Plus largement, c'est la question de la violence ordinaire dans l'Education nationale qui est posée et analysée ici.

Pour retrouver le podcast de l'émission, suivez ce lien  : https://www.radiocampusparis.org/la-matinale-pasdevague-babyloan-29-10/

(4:29 - 14:40 puis 18:39 - 30:15)

 

Le SNCL FAEN appelle à la grève le 12 NOVEMBRE

Le SNCL FAEN appelle à la grève le 12 NOVEMBRE - SNCL-FAEN

 Parce que nous devons défendre notre école publique. Parce que nous ne pouvons plus accepter que les problèmes de l'Education nationale en France soient réduits à des questions comptables. Parce que ne nous pouvons pas accepter ces suppressions de postes supplémentaires décidées par le gouvernement, ni laisser faire la contractualisation galopante au sein de nos équipes éducatives. Parce que nous avons besoin d'être défendus, soutenus, respectés, considérés. Parce que nous refusons que l'école ne soit plus qu'un relayeur d'idéologies gouvernementales opportunistes et discutables, et parce que nous refusons de démissionner sur les exigences disciplinaires et l'autorité. 

Pour toutes ces raisons, le SNCL FAEN appelle les personnels de l'Education nationale à la grève le 12 novembre prochain.

Communiqué de presse: suppressions de postes : ça suffit !

Communiqué de presse: suppressions de postes : ça suffit ! - SNCL-FAEN

L’exécutif ne peut pas continuer à avancer masqué ! Il n’est plus tenable de continuer à affirmer vouloir une chose et mettre en œuvre son contraire !

Le SNCL-FAEN appelle les enseignants et tous les personnels de l’Education nationale à la grève le 12 novembre pour dénoncer cette duplicité et demander au gouvernement de renoncer à son projet destructeur.

Affirmer que créer 1 800 postes dans le 1er degré autorise à en supprimer 2 650 (dont 400 administratifs)  dans  le  second  nie  tout  simplement  la  réalité :  il  ne  peut  y  avoir  de « transfert » du   second  vers le 1er degré. Et donc les postes supprimés dans les collèges et

les lycées le resteront.

Des postes supprimés ce sont des conditions d’apprentissage dégradées, un encadrement

réduit pour les élèves et pour les personnels une charge de travail augmentée.

Pour les professeurs, dans un contexte d’augmentation démographique avérée, cela se traduira par les mêmes recettes éculées et qui n’ont pas fonctionné,

-             des heures supplémentaires imposées,

-             des hausses d’effectifs dans les classes devenues ingérables,

-             des pressions supplémentaires sur les enseignants pour compenser, en les faisant travailler plus,

-             le recours à davantage de contractuels précarisés…

Le ministre a organisé son « jeu de construction » (sic) de telle sorte que ses réformes (du collège, du lycée, de la voie professionnelle) servent à justifier ces pertes de postes, largement anticipées.

NON, l’Education ne doit plus être une variable d’ajustement de la politique budgétaire du gouvernement.

OUI, le 12 novembre, le SNCL-FAEN sera aux côtés des personnels mobilisés en masse afin de dénoncer le double langage et réaffirmer le rôle déterminant de l’Education dans la construction de notre jeunesse.

 

 

Paris, le 6 novembre 2018