Rentrée 2021 : le spécial TZR est arrivé !

Rentrée 2021 : le spécial TZR est arrivé ! - SNCL

Chaque année, la fin du mois d'août est une période de tension et d'inquiétude pour bon nombre de collègues TZR : en attente d'une affectation à l'année ou d'un remplacement de courte durée, ils s'interrogent sur leurs obligations et leurs droits en ce qui concerne leurs services, leurs frais de déplacement, la nature de leurs activités.

Afin de vous aider à répondre à toutes ces questions, le SNCL élabore chaque année un guide réactualisé que vous trouverez en ligne sur notre site internet, et téléchargeable gratuitement ici : 

SPECIAL TZR RENTRÉE 2021, C'EST PAR ICI ! 

Communiqué intersyndical AESH

Communiqué intersyndical AESH - SNCL

AESH : toutes les raisons de poursuivre et d'amplifier la mobilisation

Les mobilisations des AESH, ainsi que les interventions des organisations syndicales, ont contraint le ministère à ouvrir les discussions sur les salaires des AESH et à concéder une avancée en instaurant une grille de rémunération à avancement automatique. C’est un élément qui doit permettre de supprimer les inégalités de traitement selon les académies. Mais elle ne répond pas aux revendications immédiates d’une réelle revalorisation salariale, de création d’un corps de fonctionnaires et d’amélioration des conditions de travail, notamment avec l’abandon des PIAL, le recours généralisé aux notifications mutualisées. Ces revendications restent pleinement d’actualité.

Les indices de la nouvelle grille et le rythme d’avancement ne permettront pas de résorber la faiblesse des salaires des AESH. Le choix de l’indice majoré plancher 335, quasiment au niveau du SMIC, est en deçà des annonces de la ministre de la transformation et de la Fonction publiques qui cite l’indice 337 a minima pour les fonctionnaires de catégorie C.

La progression de 10 points d’indice tous les trois ans est largement insuffisante et sera rattrapée par l’inflation. C’est inacceptable.

Si l’action syndicale a permis que toutes les années d’AESH ou d’AED-AVS soient prises en compte lors du classement dans la nouvelle grille, ce n’est pas le cas des années sous contrat aidé (CUI CAE – PEC).

Les discussions sur le temps de travail des AESH vont être ré-ouvertes fin septembre. Les premières pistes avancées par le ministère pour faciliter l’accès à des emplois à temps complet ne sont toujours pas acceptables. La multiplication des contrats auprès de plusieurs employeurs, en dehors du temps scolaire ne répond aucunement aux attentes des AESH ni aux missions pour lesquelles ils.elles se sont engagé.e.s. Ce projet est contraire à l’exigence de pleine reconnaissance du métier d’AESH dans les écoles et établissements scolaires.

La généralisation des PIAL à cette rentrée scolaire est un pas de plus dans la mutualisation des moyens. Les PIAL dégradent les conditions de travail des AESH, et aggravent la précarité des personnels en leur imposant de suivre davantage d’élèves et d’intervenir sur plusieurs écoles, collèges et lycées.

Les organisations FSU, FNEC-FP-FO, CGT Éduc’action, SNALC, SUD éducation, SNCL-FAEN jugent nécessaire de poursuivre et d’amplifier la mobilisation pour :

  • augmenter les rémunérations de toutes et tous les AESH sur toute la carrière, avec comme objectif l’alignement sur la grille de catégorie B ;
  • leur garantir la possibilité de contrats à temps complet pour vivre dignement de leur travail ;
  • abandonner les PIAL et la politique de mutualisation des moyens ;
  • créer un véritable statut de la Fonction publique pour reconnaître le métier d’AESH ; 
  • donner accès à des formations qualifiantes à la hauteur des missions d’inclusion ;
  • recruter les AESH qui font encore défaut pour permettre aux élèves en situation de handicap de bénéficier d'un accompagnement à hauteur des besoins

Cette mobilisation doit se poursuivre avec tous les personnels dans les académies et les départements pour obtenir la satisfaction des revendications. Les organisations FSU, FNEC-FP-FO, CGT Éduc’action, SNALC, SUD éducation, SNCL-FAEN appellent les personnels à poursuivre les réunions dès la rentrée, à mener le débat avec les personnels, pour construire le rapport de force.

Elles appellent à faire du mardi 19 octobre une grande journée de grève et de mobilisation nationale.

Elles soutiennent toutes les initiatives pour développer la mobilisation dans l’action commune la plus large, sur la base de ces revendications.

INFOS : Les examens et diplômes sont l’affaire de tous !

INFOS : Les examens et diplômes sont l’affaire de tous ! - SNCL

Après une année scolaire en dents de scie, le ministère a décidé, envers et contre tous, de maintenir dans des conditions dégradées les examens du baccalauréat et du brevet. Il a refusé de prendre ses responsabilités et laisse chaque établissement s’organiser, créant ainsi une rupture d’égalité des élèves candidats devant l’instruction. Le Grand Oral est en soi seul une épreuve inégalitaire et arbitraire mise en place par le ministre contre la volonté des personnels. Son maintien cette année alors qu’il n’a pas pu être préparé dans de bonnes conditions et de façon équitable est inacceptable. Le caractère subjectif de la grille d’évaluation et le manque de formation des membres des jurys posent question et vont accentuer le caractère inégalitaire de cette nouvelle épreuve mal préparée et improvisée. Par ailleurs, le ministre a généralisé la numérisation des copies. Il a décidé autoritairement que les copies de philosophie seraient numérisées au mépris des exigences de la discipline et des correcteurs et correctrices qui vont devoir traiter 130 copies chacun environ dans un délai extrêmement court !

Lire la suite ici

lycées : abandon des EC et fin de la liberté pédagogique

lycées : abandon des EC et fin de la liberté pédagogique - SNCL

Le décret paru le 28 juillet 2021 met un terme définitif au débat sur les EC, contrôles en cours de formation qui ont été sources de conflits dans de nombreux lycées.

 Le ministère a décidé de les supprimer purement et simplement au profit d’un contrôle continu intégral, faisant ainsi porter toute la responsabilité sur les épaules des seuls enseignants, lesquels vont faire l’objet de pressions accrues de la part des élèves, des parents mais également de l’institution elle-même : en effet, comme le texte le précise «  la valeur certificative conférée aux moyennes trimestrielles devra conduire les équipes pédagogiques à une réflexion au sein de chaque établissement avec l’appui des IA-IPR afin de définir un PROJET D’ÉVALUATION … »

 C’en est bien fini de notre liberté pédagogique car ce travail va aboutir à des progressions et à des évaluations communes, à un travail d’équipe renforcé supervisé par les inspecteurs et les chefs d’établissement qui vont imposer un nombre d’évaluations par trimestre auxquelles tous les enseignants vont devoir se plier, évaluations diagnostiques et sommatives qui devront attester des acquis des élèves !

 Les projets d’évaluation devront d’ailleurs être soumis au conseil pédagogique puis au conseil d’administration : voilà qui acte la mise sous cloche de nos pratiques !

 Ne soyons pas dupes : l’abandon des EC va aboutir à un contrôle accru sur notre enseignement et nos évaluations, c’est bel et bien la fin programmée de la liberté pédagogique telle que nous l’avons connue !

 Le SNCL s’alarme d’une telle dérive et appelle les collègues de lycées à revendiquer leur liberté pédagogique au moment où toutes nos libertés sont déjà mises à mal par le pouvoir en place.