Home » NOS DOSSIERS

NOS DOSSIERS

NOUVEAU BAC : choses vues (et entendues) en C.A !

NOUVEAU BAC : choses vues (et entendues) en C.A ! - SNCL

"Encore un soir de réunion inutile dans mon lycée : lors de la présentation de la charte d’évaluation au CA, un gestionnaire un peu candide sur les questions pédagogiques, se félicite de la rédaction d’un tel document..."

GUADELOUPE - communiqué de presse SNCL

GUADELOUPE - communiqué de presse SNCL - SNCL

Suite aux événements survenus récemment sur l'île de Guadeloupe, le SNCL exprime son soutien à tous les agents publics y exerçant et souhaite rappeler quelques vérités utiles à la compréhension de la situation.

COLLÈGES : la situation sanitaire met en danger les personnels

COLLÈGES : la situation sanitaire met en danger les personnels - SNCL

Après presque deux ans de pandémie, et au début d’une cinquième vague annoncée comme très inquiétante, une immense lassitude s’abat sur la communauté éducative, en particulier les enseignants.

État décomplexé et désorganisation systémique

État décomplexé et désorganisation systémique - SNCL

 Contractuels ou titulaires, nous en sommes tous victimes !

Chaque année, la qualité du suivi administratif et financier de nos carrières et de nos contrats ne cesse de se dégrader dans les rectorats. L’Éducation nationale est en effet devenue experte en lenteur et approximation de traitement des situations… En cette rentrée de septembre, le SNCL fait un tour d’horizon sur l’état des litiges administratifs récurrents que nous subissons tous, parfois depuis mois !

LES CONTRACTUELS, DERNIÈRE ROUE DU PAUVRE CARROSSE

Les agents contractuels recrutés en CDD au sein de l’éducation nationale doivent tous, selon les textes en vigueur, recevoir une intention de renouvellement ou de non renouvellement de contrat dans un délai de 8 jours à 2 mois avant le terme du contrat actuel : ce n'est pas le cas. Tous doivent aussi recevoir une attestation de l'employeur à l'expiration du contrat ou à la rupture : ce n'est pas le cas. Tous ceux ayant signé un contrat après le 1er janvier 2021 doivent désormais percevoir la prime de fin de contrat au plus tard un mois après la fin du contrat : nous verrons si c'est le cas mais certaines académies se dédouanent déjà, prétextant que l'outil informatique n'est pas configuré !      

Ainsi, quand vous êtes en CDD, vous ne savez pas si vous serez renouvelé ou non, et quand vous ne l’êtes pas, rien ne vous l’atteste et on ne vous donne pas la prime qui vous est due ! Formidable, la fonction publique, non ?

Mais ce n’est pas tout, les contractuels ont normalement droit à la mobilisation de leur CPF (compte personnel de formation) : dans le secteur privé, peut-être, mais apparemment pas à l’Éducation nationale ! Ici on préfère que les agents soient girouettés des semaines durant entre Pôle emploi et le rectorat, jusqu’à ce que, découragés, ils finissent par renoncer eux-mêmes à solliciter des formations. C'est pourtant l'employeur qui est responsable !

Autres entourloupes au tableau de la fonction publique : pour les contractuels alternants qui exercent en REP+, la prime leur est parfois refusée. Pour les AESH, la nouvelle grille salariale qui doit s'appliquer depuis le 1er septembre 2021 est soit ignorée, soit remplacée par des avenants boiteux avec des reclassements inférieurs à ce qui est réellement dû à l’agent : comprenez, il n’y a pas de petites économies pour les rectorats (ni de honteuses apparemment).

 

POUR LES TITULAIRES AUSSI, LES RECTORATS TRICHENT ET RABOTENT !

Il y a en effet d’autres économies considérables réalisées chaque année sur le dos des collègues, en jouant sur la méconnaissance de leurs droits et les formalités de demandes de remboursement complexifiées à dessein pour les dissuader de réclamer. Ainsi les TZR en remplacement à l'année ne savent pas toujours que les frais de déplacement peuvent prendre en compte la résidence familiale comme origine ou destination : ce n'est pas le cas la plupart du temps dans les scénarios retenus pour la prise en charge des frais, systématiquement calculés sur le scénario le plus défavorable.

Pour les collègues qui changent de résidence de manière définitive vers l'outremer ou inversement, la prime de changement de résidence est parfois refusée sur des motifs fallacieux !

Pour les professeurs titulaires qui exercent en UPE2A, la NBI a été intentionnellement oubliée : dans certaines académies, cet oubli dure depuis… plus de 18 ans !

Et que dire des retards et délais de paiement des HSA, HSE, IMP et autres indemnités qui peuvent avoir le plus souvent entre deux et six mois de décalage, délais qui seraient jugés inacceptables dans le secteur privé…

 

Pour tout cela, le SNCL-FAEN se bat chaque jour à vos côtés afin d’obtenir ce qui vous est dû, car c’est aussi cela le rôle pratique d’un syndicat.

Ne restez pas isolés !

Unissons-nous.

Syndiquez-vous. http://www.sncl.fr/1/adherer_au_sncl_1383618.html

 

L’Éducation nationale, le nouvel « Empire des Ténèbres » ?

L’Éducation nationale, le nouvel « Empire des Ténèbres » ? - SNCL

Est-ce l’effet du CoViD-19 ? Est-ce la conséquence d’un projet planifié et concerté ? En tous cas, notre institution ressemble de plus en plus à un monde obscur.

Pour les enseignants de lycée, la procédure Parcoursup devient une alchimie de plus en plus complexe qui laisse d’excellents élèves sur le carreau alors que d’autres, moins brillants et postulant pour les mêmes filières, passent les mailles du filet. Pourquoi ? Comment ? Mystère. La nébuleuse administrative fait ses choix et les enseignants du lycée ne peuvent que s’incliner sans guère comprendre les arcanes décisionnels.

De la même façon, la fin des CAPA pour les promotions a ouvert tout un espace d’incertitude pour nos collègues. Si la liste des promus est encore publiée (mais pour combien de temps encore ?) quid des suivants ; les non-promus.

A l’époque de la réunion des CAPA, l’ancien monde donc, un classement était présenté par l’administration avec le sommet du tableau, environ ¼ de la liste, qui avait le bonheur d’être promu.

Vos représentants syndicaux avaient la possibilité d’indiquer aux déçus de la promotion le nombre de points qu’il fallait obtenir et surtout donner un horizon à 1, 2 ou 3 ans qui permettait de se situer et d’évaluer ses chances sur le moyen terme. « Horizon » est désormais un terme à bannir.

Il n’y a plus aujourd’hui que l’obscurité de la caverne. Non-promu, vous êtes dans la masse des déçus sans autre information sur votre sort à venir. Il vous faudra attendre dans l’incertitude que la main du rectorat vienne vous sortir de l’ombre.

Et que dire des opérations de mutation ? Visibilité zéro. Vos vœux sont examinés -ou pas, personne ne peut s’en assurer- et le verdict tombe. Vous obtenez satisfaction, la meilleure option, ou au contraire vous êtes recalé.

Pour quelle raison ? Pas assez de points ? Combien en fallait-il ? Avez-vous des raisons d’espérer pour les prochaines opérations de mouvement ? Personne, nous disons bien personne, ne peut répondre à ces questions.

Auparavant, nous pouvions vous renseigner sur les raisons de votre échec, sur le nombre de collègues placés avant vous, vous indiquer une stratégie différente. C’est aujourd’hui bien fini. Le noir complet.

Et ne pensez pas que demain le ciel s’éclaircira. Sachez que pour les personnels administratifs, il n’y a plus de barème pris en compte pour les opérations de mouvement.

Seules entrent en compte des « priorités », au sens large, avec des étapes à franchir qui permettent, in fine, d’atteindre le graal. En bref, la confusion la plus totale. Ajoutez à cela la multiplication des postes dits à profil et vous aurez la fin du mouvement tel qu’on le connait aujourd’hui.

Pour le SNCL-FAEN, cela est inacceptable et nous le clamons dès que l’occasion se présente. Mais nous avons besoin de votre soutien pour nous aider à porter notre voix qui n’est autre que la vôtre.